[avis] Kirby’s Dream Land sur Game Boy

1
5136

Le 27 avril 2022, la grosse boule rose va avoir 30 ans. L’occasion de revenir sur le premier opus de la saga Kirby : Kirby’s Dream Land.

Et oui ! Encore un anniversaire à fêter sur retrogaming.fr. Après Link et son épisode “Skyward Sword”, c’est donc Kirby qui va souffler ses bougies dans quelques semaines. Alors, que donne ce jeu de plates-formes, trois décennies après ses premiers sauts et ses premières aspirations ?

Quand on relance la machine, il reste un moment très fun, rigolo et captivant. Les créateurs du jeu ont réussi à mettre en cartouche pas mal de choses qui fonctionnent afin de capter le joueur.

Tout d’abord, on a un personnage facilement reconnaissable. Dire qu’il est charismatique ou qu’on s’identifie à lui serait un peu exagéré, mais il fait reconnaitre qu’en voyant une boule rose, même de nos jours, on pense immédiatement à Kirby. Ensuite on a une prise en main ultra-facile. En même temps, la Game Boy n’a que deux boutons, difficile de se tromper. Mais aucune combinaison à effectuer ici. Un bouton pour sauter, un pour aspirer, c’est tout. Et enfin on a un gameplay super intuitif. Un défilement classique. Des ennemis qui se présentent devant nous et qu’il faut éliminer. Un boss final à chaque “monde”. Quelques portes (cachées ou non) à emprunter pour finir chaque niveau. Le joueur, qu’il soit novice ou expérimenté, trouvera aisément comment accéder à la sortie.

Kirby qui vole

Revenons sur les boss tout de même, car le jeu a une petite spécificité. Le dernier niveau est en fait un best of des monstres déjà affrontés un peu avant. Il vous faudra donc les occire une seconde fois pour pouvoir accéder au boss final pour de bon. Un moyen simple pour Nintendo de prolonger la durée de vie du jeu sans que cela coûte un sou. Malin !

Kirby qui marche, il sait faire aussi

Remettre une cartouche Kirby’s Dream Land dans sa console, c’est s’offrir une belle récréation. À la fois prenant et facile, Kirby est une sorte de résumé de ce qu’a pu être le jeu vidéo à une époque. Une prise en main rapide pour des parties qui le sont tout autant. Du pur divertissement sans message caché, sans prise de tête et que l’on peut abandonner et reprendre n’importe quand, n’importe où (merci la Game Boy). C’est ce genre de jeu et de concept que j’apprécie, à titre personnel, tout particulièrement.

Je vous pose une vidéo d’une partie intégrale du jeu ici. Trente minutes à peine pour aller au bout de l’aventure. Tout simplement.

1 commentaire

  1. Merci pour cette mini-review.
    “Du pur divertissement sans message caché, sans prise de tête et que l’on peut abandonner et reprendre n’importe quand”
    Oui, ça résume bien la grande majorité des jeux de cette époque (8 bits).

    “C’est ce genre de jeu et de concept que j’apprécie, à titre personnel, tout particulièrement.”
    Idem, et l’offre actuelle (et même depuis environ 10 ans) ne va plus du tout dans ce sens, sauf certains titres ‘indés’.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here